LE CHÔMAGE…UNE OPPORTUNITE !

Face à un chômage massif et la précarisation de plus en plus importante de l’emploi, il est très difficile de se positionner. L’enfer du chômage, de longue durée notamment, plombe une carrière et peut détruire une vie. Des difficultés financières, des risques psychosociaux découle de cette situation notamment la  perte de confiance en soi, l’isolement, la déprime…  mais pour éviter de tomber dans cet engrenage qui en définitive s’auto-alimente il faut commencer par changer sa vision du chômage.

Ne faisons pas pour autant l’apothéose de ce risque car l’idéal pour chacun de nous c’est de trouver un emploi stable, bien rémunéré mais  par la conjoncture actuelle, ça relèverait presque du miracle…Le travail  permet de se réaliser, de s’épanouir et puis nous entretenons en général une relation affective avec ce dernier. Par conséquent, perdre son emploi et souvent très mal vécu et il faut s’efforcer de vivre avec …Le chômage fait parti de notre paysage …alors essayons d’en tirer le meilleur parti !

En effet, savoir accepter cette situation c’est déjà un pas vers l’avenir après tout on n’est pas condamné à y rester. Il est clair que ce n’est pas très enviable d’être sans emploi d’autant plus que le regard des autres renforce ce malaise , souvent très mal perçu par les personnes qui n’ont jamais été confrontées à cette situation : on utilisera  plutôt les termes de “transition professionnelle”. Pourquoi ne pas le rendre plus supportable en l’observant sous l’angle d‘ une  réelle opportunité de changement, une chance de pouvoir s’ouvrir à d’autres horizons. Avoir toujours “la tête dans le guidon” ne permet pas de saisir les opportunités qui s’offrent à nous. Le chômage peut être aussi l’occasion de changer ses habitudes comme prendre plus soin de soi (pratique d’un sport, d’activités diverses…) puisque maintenant on a tout le temps !!

Profiter de cette liberté qui facilitera notre choix puisque pas de remords à quitter telle ou telle situation d’emploi. C’est l’occasion de rebondir dans un autre domaine professionnel par la formation par exemple : élargir son domaine de compétence, se créer un réseau professionnel, vivre d’autres expériences toutes aussi enrichissantes… Même si une réorientation professionnelle implique une remise en question de notre passé professionnel l’enjeu c’est d’avoir conscience que nous possédons des compétences qui sont souvent transposables dans un futur projet professionnel et que notre capital humain possède des richesses souvent inexploitées.

En conclusion, ne pas s’engluer dans une situation qu’on est tout à fait capable de surmonter et se dire qu’un employeur potentiel recherchera probablement à savoir comment cette période de chômage a été vécue et exploitée…

Tout est question d’organisation…

Revenir sur le banc de l’école c’est dépasser ses peurs, progresser et surtout APPRENDRE A S’ORGANISER :

1 créer une ambiance de travail qui permette d’être dans les meilleures conditions possibles pour assimiler les connaissances de manière efficiente compte tenu du peu de temps qui est en notre possession…

2  apprendre à gérer ses priorités en distinguant les tâches importantes, urgentes…

Savoir s’organiser est une compétence que l’on peut acquérir au fil du temps par exemple en mettant en place un planning de révisions précis qu’il faut s’efforcer de respecter et bien entendu que l’on peut ajuster à tout moment.

Anticiper les situations afin de se créer un environnement propice à l’apprentissage qui par ricochet nous permettra d’appréhender les études d’une manière apaisée, d’être beaucoup plus réceptif, efficace et finalement permettra de mener à bien notre projet.

S’organiser c’est maximiser son temps et donc aller à l’essentiel.

Etre « dans » le cartable ou « autour » du cartable ?

Quel doit être notre rôle en tant que parent ? Faut-il se substituer à l’école et être un enseignant bis ou au contraire prendre du recul et faire confiance ? Il semblerait qu’un juste milieu s’impose.

Etre « dans » le cartable
Lorsque nous sommes dans le cartable, cela signifie bien souvent que nous prenons les choses en main. Chaque leçon est scrutée, décortiquée voir commentée. Et surtout toutes les discussions avec nos enfants tournent autour de l’école. « Comment ça s’est passé aujourd’hui ? Tu as des devoirs ? Des notes ? Des révisions ? Tu comptes faire quoi ce week-end ? Comment ? ».

Etre « autour » du cartable
Lorsque nous sommes autour du cartable, nous entrons moins dans le détail. Nous faisons confiance à l’enseignant, à l’enfant à l’établissement. Notre univers ne tourne pas qu’autour de l’école. Nous surveillons ce qui s’y passe avec bienveillance, intervenons quand il le faut.

Etre « éloigné » du cartable
Attention toutefois à ne pas tomber dans l’extrême ! Se désintéresser complètement sous prétexte de faire confiance au système peut s’avérer dangereux. L’enfant peut avoir l’impression qu’on ne s’intéresse pas à lui.

Conclusion
Pas facile de se situer ! Cela dépend de beaucoup de paramètres. Bien que dans l’idéal il faudrait se situer « autour » du cartable, notre histoire, celle de notre enfant et l’établissement scolaire dans lequel il se trouve nous obligent bien souvent à être « dans » le cartable ou « éloigné ».  Tentons alors de nous rapprocher du « autour » à notre rythme et sans culpabiliser !

Comment désarmorcer une crise avant les devoirs

Voilà votre enfant est en train de jouer mais c’est l’heure des devoirs. Vous aviez planifié ce temps, le lieu est dégagé, l’ambiance est mise (cf article 3 routines) et vous l’avez prévenu qu’il était presque l’heure. Mais votre chérubin refuse de laisser ses jouets (tablette, ordi…). Je t’invite, je te demande, j’exige, trois étapes à essayer avant de fulminer !

Je t’invite
« Marjolaine je t’ai prévenu et je t’ai dis que dans 5 minutes c’était l’heure des devoirs. Je t’invite à ranger tes affaires et à venir faire tes devoirs. Je te laisse X minutes pour finir ». Puis vous partez et vous mettez le minuteur. Quelquesoit l’âge et même quand on l’a prévenu, il est toujours difficile pour un enfant (ou un adulte d’ailleurs) de s’arrêter immédiatement (on lit le dernier paragraphe, on fait la dernière manip…).

Je te demande
A mi course, vous pouvez revenir à la charge « Marjolaine maintenant je te demande de venir faire tes devoirs, ça fait déjà X minutes que je t’attends (que tu aurais du t’y mettre) ». Pour l’avoir testé plusieurs fois et en de nombreuses circonstances, souvent mon ou mes enfants viennent avec moi à cette étape.

J’exige
Le minuteur sonne et point de chérubin. « Marjolaine j’exige que tu arrêtes immédiatement ce que tu es en train de faire »  et je rajoute « pour qu’on discute ». Oui parce-que si un enfant ne veut pas s’arrêter c’est parce qu’il n’a pas envie de faire ses devoirs. Et là il peut y avoir plusieurs raisons : fatigue, peur de ne pas y arriver, timing à renégocier pour un autre jour, conflit à l’école  etc. Dans tous les cas, inutile de démarrer une séance de travail dans l’énervement, vous les nasaux fulminants et le cheveu hirsute et lui dans le même état ou en larmes.

Conclusion
Certaines routines permettent de rendre l’heure des devoirs comme un moment d’échanges. Mais parfois ça peut vite virer à des oppositions virulentes. Je t’invite, je te demande, j’exige permet de monter en attentes et de faire comprendre à l’enfant qu’il a de moins en moins le choix. Comme toutes les méthodes, celle-ci n’est pas efficace à 100% . C’est pourquoi, si vous en avez la force (parfois le soir c’est pas évident) je vous invite à discuter avec votre enfant quitte à reporter ou annuler la séance de travail. Comme pour nous, certains éléments de la journée peuvent influencer notre humeur et une discussion à cœur ouvert avec son enfant est toujours plus précieuse qu’un exercice de math ou un contrôle.

La dictée de mots à la Montessori (2)

Dans un article précédent (cf article étapes vers l’autonomie) je vous avais parlé de la méthode Montessori que je voulais appliquer pour les dictées de mots avec mon fils. Voici un résumé de ce que nous avons expérimenté depuis.

Je prépare
A l’heure des devoirs, mon fils sort ses affaires et prépare son environnement. Nous avons un endroit précis où les fournitures pour la maison sont rangées. Nous ne préparons pas la dictée la veille mais dès le week-end qui précède (nous avons la chance d’avoir les mots en avance !).

Je fais, je contrôle, je répare
Avant de faire, mon fils évalue le nombre de fautes au maximum qu’il envisage le jour J. Je ne discute jamais ce chiffre. Parfois il est faible (ce qui veut dire qu’il a confiance en lui) parfois trop élevé à mon goût (quand il sent que les mots sont plus compliqués je pense).

Ensuite nous faisons la dictée de mots sans révision (c’est sa façon de faire) ainsi nous savons que cette première séance sert a évaluer les lacunes. Puis avec le modèle, il corrige, écrit une ligne de chaque mot faux (selon lui ça l’aide à apprendre).

Je le laisse décider
Que le nombre de fautes soit atteint ou pas je lui demande « Qu’est-ce que tu en penses ? Est-ce qu’il faut y revenir d’ici vendredi ? » . Souvent ici, de lui-même il voit bien qu’il faut y revenir car il n’a pas atteint son objectif. On refait alors une autre séance le lendemain selon le même rituel. Quand il me répond « non » à la dernière question il sait que nous n’y reviendrons plus (sauf s’il le demande). Et j’accepte sa décision (et parfois c’est pas facile parce-que je pense qu’il peut mieux faire !).

Conclusion
C’est assez perturbant de laisser décider son enfant ! Pourtant j’avoue que cela lui permet de gagner en autonomie. Pour le moment j’ai  deux cas de figure : il fait peu de fautes à la maison et peu le jour J voir aucune. Il fait plus de fautes à la maison que le jour J ! Surement que les choses se décantent. La clé réside selon moi dans l’objectif qu’il se fixe dès le départ. Avec le temps, il sait en général quelles sont ses possibilités (moi aussi) et ses objectifs de départ sont de plus en plus bas. Ainsi, nous regardons bien l’évolution sur plusieurs dictées sans nous focaliser sur une séance de travail particulière. Ambiance détendue garantie !

3 minutes pour s’y mettre !

Dans un précédent article (30 s pour apprendre), nous avons vu qu’il suffisait parfois de 30 secondes pour ancrer des connaissances ou les réactiver. Mais parfois, c’est la motivation qui nous manque. L’appel des réseaux sociaux ou des mails est plus fort que la tâche que nous devons accomplir. Nous tournons en rond, nous effectuons les tâches qui nous font plaisir (et qui souvent sont le moins productives) et à la fin de la journée nous nous couchons avec le sentiment qu’on aurait pu faire différemment. On est stressé (e) car le travail n’a pas avancé et il vient s’ajouter à celui du lendemain déjà bien chargé.
On s’auto-manipule : allez après la pause clope, la pause télé, la pause facebook, la pause café, la tâche X, promis je m’y mets !!! Arfff on ne s’y met pas pour autant ! Voilà comment avancer dans ses révisions ou son travail en 3mn !

La meilleure façon de faire quelque chose qu’on n’a pas envie de faire…c’est de s’y mettre !

Mais que pendant 3 minutes ! Passé ce délai deux choses peuvent se produire

–           Vous n’arrivez toujours pas à vous concentrer. Dans ce cas, il vaut mieux faire une nouvelle tentative plus tard. Par exemple vous avez besoin de concentration et c’est pas le moment, ou on vous demande de faire quelque chose de plus urgent, ou encore vraiment ça vous demande trop d’effort à ce moment là.

–          En général cela suffit à vous lancer et vous êtes partis pour environ 1h30 de concentration ! Et oui c’est dans les 3 minutes que ça se joue ! Le cerveau une fois en marche a du mal à s’arrêter. C’est extrêmement puissant !

Cette technique marche également pour toutes les petites choses du quotidien : Allez j’ai trois minutes pour relire mon support de cours,  payer mes impôts, faire le courrier pour mon inscription, écrire le début de ce rapport, faire la vaisselle, le ménage…

Testez, vous me direz !

Comment faciliter la concrétisation des apprentissages scolaires ?

Pour permettre à l’enfant de concrétiser ses apprentissages, Maria Montessori préconise de le sortir au plus tôt de son imaginaire et de cultiver son imagination. Mais quelle est la différence entre ses deux termes et quels impactes peuvent-ils avoir sur les apprentissages ?

Imaginaire versus imagination
L’imaginaire se base sur une méconnaissance de son environnement, des lois physiques (je lance un objet, il tombe). L’enfant ne sait pas ce qui est possible. (Un traineau tiré par des reines, c’est possible !).
L’imagination en revanche part d’un vécu. Pour l’enfant c’est une extrapolation de ce qu’il connait déjà.

Aider l’enfant à quitter l’imaginaire
Pour aider l’enfant à quitter l’imaginaire, Maria Montessori préconise aux adultes de ne pas l’alimenter. Ainsi les histoires de Père Noêl ou de petite souris n’aide pas l’enfant à construire. Pire, cela peut engendrer une impression de trahison lorsque l’enfant découvre la vérité. Il serait préférable de bannir également avant l’âge de 7ans toutes les histoires de sorcières, monstres ou animaux qui parlent. Inutile aussi de faire semblant dans les jeux qui doivent rester du domaine de l’enfant. Ce n’est pas pas la réalité, ça ne peut donc pas se transformer en vécu.

 Cultiver l’imagination
Pour cultiver l’imagination, il est donc nécessaire de faire vire à l’enfant tout un ensemble d’expériences qui constitueront son vécu. Ainsi, l’apprentissage quitte le monde théorique pour investir le monde pratique. Plus ce qu’il lit, vit, se rapproche de la vie réelle et l’aide à comprendre son monde, plus l’enfant va pouvoir évoluer dans ses apprentissages. C’est un cercle vertueux : plus j’apprends plus je connais mon environnement et plus j’ai envie d’apprendre.

Conclusion
Moi aussi j’ai raconté l’histoire du Père Noël à mes enfants et leur ai lu des livres avec des animaux qui parlent ! Pour autant, je trouve cette vision intéressante car le postulat de cette méthode est de concrétiser ce qui est abstrait. Hors il est vrai que concrétiser quelque chose qui n’existe pas est particulièrement difficile. C’est assez perturbant non ?

Apprendre mieux c’est aussi coordonner nos efforts

Cette année, j’ai confié la mission suivante à mon fils de 10 ans : préparer la dictée au plus petit avec son accord bien sur, il ne s’agit pas de lui imposer quoique ce soit ça ne fonctionnerait pas et mission accomplie avec succès !

–          Le plus jeune sera plus détendu, et ça lui permettra de travailler avec une personne différente en l’occurrence son frère, c’est également un moment de partage entre eux.

–          La situation permettra de responsabiliser le plus grand qui aura pour mission l’entraînement de” son petit élève” et ce qui lui permettra également d’améliorer ses connaissances en orthographe, de réviser en visualisant les mots et en corrigeant les fautes. En général, le rôle du maître ou de la maîtresse ne  déplaît pas aux enfants.

Coordonner nos efforts dans l’apprentissage nous aide à mieux retenir les cours dans la mesure où on se souvient des échanges qu’on a pu avoir sur le thème.

Une vision différente du cours peut être très utile notamment en vue de contrôler notre compréhension puisque nous ne percevons pas les choses de la même manière et au final on est là pour le même objectif celui de réussir…et pourquoi pas ensemble !

Ma mémoire…mon Alliée pour la réussite.

En reprenant mes études et dès la première année, une des difficultés majeure que j’ai rencontré et qui n’est pas des moindres, puisqu’elle conditionne tout de même notre réussite scolaire en général, c’est cette très célèbre : Mémoire.

Le processus de la mémoire (la mémorisation) nous permet d’acquérir, de retenir et de se souvenir d’informations ou d’expériences. Nous avons une mémoire à court terme et une mémoire à long terme. D’abord, l’information est façonnée dans la mémoire à court terme (aussi nommée mémoire de travail), puis elle est entreposée dans la mémoire à long terme. 

Celle qui peut être à la fois notre alliée dans l’apprentissage mais qui peut à tout moment nous faire faux bond au moment des examens par exemple !

Essayons de comprendre son fonctionnement qui se fait en 3 étapes :

1 Encodage : moment où l’on reçoit l’information et qui est transformée pour devenir un souvenir.

2 Consolidation : étape où l’information est gravée dans la mémoire à long terme.

3 Remémoration : rappel de l’info stockée dans la mémoire à long terme,  à la conscience.

En effet,  le principal obstacle pour moi ce fut de mémoriser mes cours, et ce n’est pas faute d’avoir essayé par exemple en recopiant plusieurs fois les leçons, en me ” gavant comme une oie” de toutes sortes de stimulants pour la mémoire en espérant tomber sur le produit miracle qui me ferait retenir sans effort. Je passais énormément de temps sur une matière et souvent le résultat n’était pas à la hauteur de mon investissement en temps.

Le premier constat que je peux faire à présent c’est que cela ne sert à rien de passer trop de temps sur une matière, il faut chercher à optimiser son temps d’apprentissage ( cf texte “30 secondes pour apprendre”).

Ensuite, je constate que  la deuxième année le problème est moins important parce que ma faculté à  mémoriser possède déjà un entrainement  même si ce n’était pas tout à fait au point parce que d’autres facteurs peuvent interférer pendant ce processus de mémorisation notamment le stress.

Cependant, les effets du stress et des émotions peuvent faciliter la mémorisation par exemple les événements chargés en émotion sont plus faciles à retenir que les événements neutres : notre capacité à nous souvenir d’une chose est directement liée à l’attention qu’on lui porte.

En fait, la mémoire a besoin de gymnastique, il faut l’entretenir comme tout muscle sinon elle perd de sa puissance et s’éteint par manque de sollicitation donc entraînons nous à ne pas oublier…et mémorisons des choses qui nous serviront.

Une bonne hygiène de vie est également nécessaire car  le sommeil est indispensable, c’est pendant les différentes phases du sommeil que les neurones organisent les informations emmagasinées dans la journée.

S’inventer des techniques de mémorisation par exemple pour retenir les conjonctions de coordination on connaît tous : “mais où et donc or ni car ” c’est à dire  en procédant à la traduction des connaissances permettant une meilleure assimilation.

Entretenir sa mémoire c’est réussir ses études !

La technique de la tomate (Pomodoro)

Pour arriver à mener de front mes différentes activités j’utilise une méthode me permettant d’être efficace en 2h. En effet, entre mon métier de médiatrice pédagogique, de formatrice, d’enseignante et de chercheure (et de ma vie de maman avec mes deux loulous de 8 et 5 ans), je dispose souvent de peu de temps pour m’acquitter d’ une tâche. C’est pourquoi j’utilise très souvent la technique de la tomate ou technique du pomodoro.

Définition de la technique du pomodoro (tomate)
La technique de la tomate permet de travailler efficacement et intensément par tranche de deux heures. Il est délicat d’interrompre le cerveau même 3 secondes lorsqu’on travaille. Il est également important d’aérer son cerveau et de faire des pauses lorsqu’on apprend. Cette technique préconise de découper deux heures de travail en tranches de 25 minutes séparées par des pauses de 5 minutes. Munissez-vous de votre minuteur (en forme de tomate…ou autre) et respectez les deux règles suivantes.

Règle 1 : Aucune interruption pendant 25 minutes
C’est la base et vous savez pourquoi ! Une interruption de 3 secondes et le cerveau en met 64 pour se reconnecter ! Pendant ces 25 minutes, essayez de ne pas lire vos mails ou de vous connecter à des réseaux sociaux, de couper le téléphone (ou de transférer vos appels à un collègue) et de ne pas vous laisser perturber par vos pensées ! Si entre temps une idée vous vient à l’esprit, notez-là puis retournez à votre travail ! Discipline, discipline !

Règle 2 : Respectez vos temps de pause et buvez !
Le cerveau a besoin d’eau ! Alors toutes les 25mn respectez le temps de pause et buvez ! Faites un peu bouger votre corps, allez papoter (pas plus de 5mn) puis retournez à votre travail. Vous pouvez aussi faire la petite tâche que vous aviez notée si elle prend 5mn maxi.

Conclusion
Vous risquez d’être étonné (e) ! Avec cette technique vous abattez plus de travail en 2h que vous n’auriez pu le faire en une journée ! Pourquoi ? Parce que pour maitriser cette technique il faut être en mesure de définir des actions concrètes, de les évaluer, de les planifier puis de les faire sans être interrompu et en respectant les temps de pause pour le cerveau. Vous devez être en mesure aussi de gérer vos priorités et de savoir si vous devez plutôt appliquer cette méthode le matin ou le soir !
Pour un résumé en image (et en anglais !) de la technique du pomodoro

Reprendre ses études, se former… POURQUOI PAS ?

A travers mes précédentes publications « Oser concrétiser vos rêves » et « La reprise d’étude et ses bienfaits » je mets en relief le fait que se donner les moyens d’atteindre ses buts est la meilleure façon de les réaliser. Quant à la reprise d’étude, on constate qu’elle ne présente pas uniquement des contraintes puisqu’elle peut être source de motivation et de responsabilisation pour nos enfants.

Pendant longtemps je me suis torturée l’esprit en croyant qu’une fois le système de formation initiale abandonné  plus de retour possible et c’est également une des raisons qui m’a faîte longtemps hésiter à reprendre les études. C’est en partie vrai une fois quitté le système traditionnel de formation initiale on peut le réintégrer dans un autre cadre,  celui de la formation continue mais c’est la forme qui change et non le fond puisque c’est les mêmes diplômes délivrés par l’éducation nationale qui sont préparés en réduction de parcours c’est à dire en 10 mois au lieu de 3 ans… et reconnus.

La formation continue concerne les adultes après une interruption des études initiales.     Les parcours professionnels étant de moins en moins linéaires, la formation continue permet de rebondir et d’être en adéquation avec ce monde du travail qui est en perpétuel changement.

Par ailleurs, on peut aspirer à autres choses professionnellement plusieurs cas de figures peuvent donc se présenter : changer de métier, légitimer l’expérience par l’obtention d’un diplôme, sécuriser son parcours professionnel…et pourquoi pas  pouvoir s’épanouir dans un travail correspondant plus à nos valeurs afin de ne pas souffrir de  dissonance cognitive.

Selon la théorie de la dissonance cognitive, lorsque les circonstances amènent une personne à agir en désaccord avec ses croyances, cette personne éprouvera un état de tension inconfortable appelé dissonance, qui, par la suite, tendra à être réduit, par exemple par une modification de ses croyances dans le sens de l’acte.

Reprendre ses études et se former nécessite au préalable d’avoir fait un bilan sur sa situation personnelle et  professionnelle afin de faire le meilleur choix d’orientation et ainsi minimiser les risques d’erreur de trajectoire.

Mon autre argument est le suivant : avoir été mère au foyer pendant de nombreuses années ne signifie pas ne plus être en mesure de travailler bien au contraire. Nous sommes riches de nos expériences et sans nous en rendre compte cela représente des compétences que l’on peut  transférer au milieu professionnel bien entendu en les adaptant à ce contexte . Que pensez vous  de notre responsabilité vis à vis de nos enfants ? Ne sommes-nous pas responsables de nos vies et de celles de nos enfants ? et pour ce qui est de l’organisation de la maison ne faut-il pas  être un minimum organisé pour gérer tout le quotidien et jongler entre les rendez-vous médicaux, les courses, les clubs sportifs, l’école…

S’occuper des enfants est un travail à temps plein et cela représente une expérience qu’il suffirait juste de valoriser.

Reprise d’étude : Courage ou Inconscience ?

Souvent on vous demande alors qu’est-ce que tu fais maintenant ? Et dès lors qu’on répond je reprends mes études la réponse est unanime les yeux s’écarquillent et on vous rétorque « quelle courage !… Comment tu fais ? »   soit on se dit mais dans quelle galère je me suis lancée ? soit on semble susciter de l’admiration et on est fière d’avoir accompli un exploit sans le savoir !

En général,  ce n’est  uniquement le premier pas qui coûte après une fois qu’on est lancé ça va tout seul par exemple au départ mon but c’était d’obtenir la Licence Administration Economique et sociale , ensuite j’ai enchaîné par le Master 1 et bientôt je poursuivrai en Master 2 …c’est comme lorsqu’on pratique un sport par exemple la course à pied, en regardant les autres on se dit mais qu’ils sont courageux et que cela doit être éprouvant ! Oui tant qu’on n’a pas tenté !

Cette aventure m’a permise de gagner en confiance, j’ai été capable d’obtenir une licence d’économie un domaine que je considérais jusqu’alors comme inaccessible pour une littéraire comme moi. Evidemment des sacrifices ont été nécessaires comme faire ses devoirs, réviser ses cours, préparer ses examens, jongler entre vie familiale et études ce n’est pas toujours facile mais c’est tellement gratifiant de réussir à se dépasser et atteindre les objectifs qu’on s’était fixés.

Puis j’ai enchaîné avec le Master 1 pour lequel je me suis aussi beaucoup investit et même chose nuits  écourtées, révisions, stress, examens … et REUSSITE.

 Après la formation on est différent on est riche on acquiert de nouvelles connaissances, on évolue, et pour ma part on aspire à aller plus haut… Soyons acteur courageux et conscient de notre avenir, quelquefois la prise de risque peut se révéler très positive !

Les étapes vers l’autonomie dans les apprentissages

Comment faire en sorte que mon enfant soit autonome dans ses apprentissages? Déjà il est bon, dès les premiers devoirs de lui donner une méthodologie. Cette dernière est préconisée par Maria Montessori lors de ces ateliers. Voilà comment je l’adapte aux devoirs de mon fils (8 ans). Avant les routines lieu temps ambiance sont mises en place. (cf article trois routines pour aborder les devoirs)

Le principe des étapes
Pour pouvoir travailler, Maria Montessori préconise une routine qui permet à l’enfant de se positionner par rapport à ses apprentissages.

Je prends-> je fais -> je contrôle -> je répare -> je range

Quelques erreurs que j’ai commises dès le CP
Bien sur comme tout parent, je me suis rendue compte que, bien que les étapes y soient, l’autonomie en revanche n’y était pas !

– je prenais le  cartable et ouvrait l’agenda pour regarder les devoirs

– je lui disais de vérifier, sans lui apprendre comment “allez, vérifie maintenant”

– je corrigeais parfois les erreurs à sa place “regarde là il faut un e, comme ça!”

– et oui il m’est arrivé de ranger à sa place, c’était plus rapide !

Comment je fais aujourd’hui

– Je lui demande s’il a des devoirs, Si oui il prend son cartable et s’y met

– La vérification se fait soit en reprenant la leçon, soit en regardant le modèle et en cas de doute je l’amène à trouver la solution par des questions

– je ne corrige plus à sa place

– je ne range plus à sa place

Avant le rangement je lui demande de penser à ouvrir son agenda pour voir si rien n’a été oublié (Parfois on fait les devoirs “de mémoire” !)

Conclusion
Il suffit parfois de petits rien pour accompagner nos enfants sur le chemin de l’autonomie. Nous parents sommes souvent les premiers freins, parce qu’on ne nous a pas non plus spécialement appris à apprendre ! C’est pourquoi nous avons eu l’idée d’ouvrir ce blog !

La reprise d’étude et ses bienfaits

Reprendre les études quand on a une vie de famille c’est souvent synonyme de contraintes mais on peut trouver de nombreux avantages à cette situation.Une petite anecdote un jour j’ai fait un examen blanc d’anglais pour lequel j’eus la note de 12/20 ; en rentrant à la maison mes enfants me demandèrent « alors maman combien tu as eu ? J’ai répondu 12 et ils me répondirent :

« c’est pas grave maman la prochaine fois tu auras une bonne note ! »

  • La motivation….

Mes enfants en m’observant ont montré beaucoup plus d’intérêt à l’école et comme nous savons qu’en général nos enfants reproduisent nos gestes, ce fut l’occasion de motiver tout le monde à bien travailler, c’est le principe du cercle vertueux.

  • La responsabilisation…

Pendant les études il est évident que l’on ne peut pas tout gérer alors l’idée c’est d’essayer de faire participer un peu tout le monde aux tâches ménagères et à la vie de la maison c’est donc l’occasion de responsabiliser les enfants ce qui leur permettra de gagner en autonomie et nous de se sentir moins débordé.

  • Le soutien…

C’est l’occasion de solliciter un peu l’aide des proches et du coup ça renforce les liens et permet de se sentir soutenu par tout le monde et c’est plutôt encourageant dans la mesure où l’on ne se sent plus seul…

Conclusion 

Reprendre les études peut être synonyme de motivation, responsabilisation et soutien…

Travailler en fonction de ses intelligences

Une théorie qui me passionne est la théorie des intelligences multiples. Comment adapter ses façons de faire en fonction des situations ? Nous laisse t’on agir en fonction de nos intelligences.

Ecouter de la musique
Quoi de plus déplaisant que de voir les étudiants le casque sur les oreilles où d’entendre quelqu’un chantonner tout au long de la journée. Et pourtant la musique permet à certains de traiter les informations reçues. C’est pourquoi j’invite mes stagiaires lors d’exercices pratiques à se munir de leurs écouteurs ! Il n’a jamais été prouvé que travailler en silence était plus efficace !

Sage comme une image
Certaines personnes ont besoin de bouger pour apprendre. Il n’y a qu’à voir les personnes qui ne peuvent s’empêcher de marcher en téléphonant ! On apprend avec son corps alors inutile d’attendre la pause pour se dégourdir les jambes. Et inutile de reprendre son enfant qui gigote sur sa chaise…autant la lui enlever ! On peut apprendre en lançant une balle contre un mur, en marchant ou en dansant ! Il n’a jamais été prouvé que travailler assis était plus efficace !

Hey j’ai des visions !
Certains d’autres nous on besoin de visualiser ce qu’ils apprennent. Un cours d’histoire se transforme en film qui défile, une formation graphisme donne naissance à des affiches ou des flyers virtuels. Visualiser ce que nous allons faire de nos apprentissage permet de les ancrer. Nous pouvons aussi les dessiner, d’ailleurs c’est un des principes du mindmapping ! Il n’a jamais été prouvé que seuls les mots permettaient d’apprendre !

Conclusion
Il ne faut pas tenter de faire comme notre voisin nous avons chacun un bouquet d’intelligences singulier. Comme on fait c’est parfait ! Il faut juste en être conscient…